La pompe au féminin

Partager

Savoir où placer la pompe à insuline externe, voilà un problème qui ne se pose pas de la même manière à un homme qu’à une femme. Une question d’esthétique et de séduction qui « bloquent » certaines femmes. Qu’en pensent justement ces dernières ? Quelles sont leurs astuces ?

« Je me pose la question de la pompe, dit Monique. Ce qui me retient ?  La coquetterie (quelques vêtements, en particulier l’été), les petits câlins, les bains de mer… tout cela peut paraître superficiel mais rester féminine est important pour moi ».

« Ce n’est pas un souci », pour Patricia « une pompe à insuline n’exclut pas de rester féminine dans ses tenues vestimentaires : on peut sans problème porter des jupes et même certaines robes tout en ayant une pompe à insuline ».

Les astuces de femmes expertes

La poitrine

Placer la pompe entre les seins est le plus souvent invisible. Il faut faire attention aux décolletés vraiment très plongeants (dans ce cas vous accrocherez la pompe à la cuisse) sous peine de rendre votre pompe visible aux regards indiscrets.

Pensez à mettre la tubulure vers le bas, vous éviterez d’avoir une boucle de tubulure qui remonte entre vos seins. Si la nature a été généreuse avec vous, toutes les fournitures de prestataires devraient pouvoir vous aller.

Si votre poitrine est plus menue : prendre par exemple un soutien-gorge « push up » et placer la pompe sous le soutien-gorge, entre les deux seins. Ne l’accrochez pas sur le soutien-gorge au risque d’obtenir un troisième sein du plus bel effet !

Enfin, pensez à couper les alarmes pour éviter une situation embarassante !

La jarretière

Vous pouvez utiliser une jarretière qui s’accommode avec la plupart des jupes ou robes et avec la plupart des matières. Il suffit de caler le plus possible la pompe à l’intérieur de la cuisse afin d’éviter toute masse visible et suspecte.

Ce genre d’accessoire est commercialisé par plusieurs laboratoires. Cela dit, il est tout à fait envisageable de fixer une pompe sur la partie élastique et autocollant d’un bas classique.

Article réalisé avec le concours de l’Association Française des Femmes Diabétiques. Merci en particulier à Carole et Emilie.
Crédits photo : Association Française des Femmes Diabétiques.



Et vous, qu'en pensez-vous ? Laissez votre commentaire ci-dessous.